Vous pouvez modifier chaque aspect du logiciel de votre téléphone avec le root, mais si vous voulez faire des changements au niveau matériel, vous aurez besoin d’un noyau personnalisé. Si vous vous êtes déjà penché sur la question des noyaux personnalisés, un nom revient sans cesse : ElementalX. C’est facilement le meilleur noyau personnalisé qui existe, et la raison en est son génial développeur, flar2, alias Aaron Segaert.

Pour les non-initiés, flar2 est une légende absolue dans la communauté des rooters Android. En plus de maintenir le noyau ElementalX pour des dizaines d’appareils, Segaert est le seul développeur de plusieurs applications de modding populaires comme EX Kernel Manager, Button Mapper, et DevCheck. Mais il est plus qu’un simple codeur – c’est son expertise dans d’autres domaines qui permet à Segaert d’avoir une vue d’ensemble et de propulser ses produits vers le succès.

Le parcours de M. Segaert est fascinant. Il est titulaire d’un doctorat en sociologie et, bien qu’il ait suivi un enseignement formel en informatique, c’est principalement son enthousiasme pour le bricolage qui l’a conduit à devenir le développeur de logiciels qu’il est aujourd’hui. En fait, il était initialement réfractaire à l’engouement pour les téléphones portables au début des années 2000, et ce n’est qu’après avoir été forcé d’en prendre un qu’il a réalisé sa passion pour le codage des noyaux et des applications Android.

Il suffit de dire qu’Aaron Segaert a le doigt sur le pouls de la communauté des développeurs Android et que sa perspective est unique. C’est pourquoi nous étions ravis d’avoir l’occasion de lui demander son avis. Vous trouverez ci-dessous le texte intégral de l’interview, ainsi que les réponses de Segaert, légèrement éditées.

Gadget Hacks : Nous sommes de grands fans de tous votre travail ici à Gadget Hacks. Certains de vos projets sont-ils vos préférés ?

Aaron Segaert : Merci, j’espère que les gens trouvent mes logiciels utiles. EX Kernel Manager a toujours été mon préféré. C’était ma première application et j’y ai mis beaucoup de travail au fil des ans pour m’assurer qu’elle gère tout ce que les utilisateurs veulent.

GH : Y a-t-il des fonctionnalités de vos applications ou de vos mods que vous aimeriez que plus de gens connaissent ?

AS : J’aimerais que plus de gens réalisent que EX Kernel Manager peut être utilisé avec n’importe quel noyau, et pas seulement avec le noyau d’ElementalX. J’ai travaillé dur pour ajouter des centaines de paramètres qui ne font même pas partie d’ElementalX, et il est compatible avec Kirin, Tegra, Exynos, et MediaTek ainsi qu’avec les SOC Qualcomm.

J’aimerais aussi que plus de gens connaissent DevCheck. Pour une raison quelconque, cette application a toujours eu du mal à s’imposer sur le Play Store.

GH : DevCheck est une excellente application, c’est dommage qu’elle n’ait pas décollé. Pouvez-vous expliquer qui devrait l’utiliser et qui ne le fait pas actuellement ? Qu’est-ce qui manque aux utilisateurs ?

AS : Je pense que toute personne intéressée par le matériel ou les diagnostics devrait l’utiliser. DevCheck creuse plus profondément dans le matériel, surtout pour les utilisateurs root. Je pense qu’il se distingue des autres applications sysinfo parce que les informations sont organisées et présentées de manière beaucoup plus claire et concise. Elle ne se contente pas d’afficher un tas de choses à l’écran, je choisis ce que je veux montrer. Je ne pense pas qu’une autre application montre autant de détails pertinents sur l’appareil photo, le réseau (surtout les doubles SIM), Bluetooth et la RAM.

GH : Quel téléphone utilisez-vous actuellement comme conducteur quotidien ? Avez-vous une série de téléphones préférée à laquelle vous revenez toujours ?

AS : J’utilise le OnePlus 6 comme téléphone de tous les jours depuis sa sortie au printemps. C’est un téléphone vraiment solide, très stable et rapide. Je n’ai jamais eu un seul problème avec lui. Avant cela, j’utilisais le Pixel XL, qui est également incroyablement fiable. J’ai également utilisé le HTC 10, le Nexus 6, le HTC M8, le M7 et le One XL. J’ai été un grand fan de HTC pendant de nombreuses années, ils étaient innovants et faisaient du bon matériel. Maintenant, je pense que la ligne Pixel est la meilleure, surtout en termes de logiciels. Si OnePlus pouvait égaler la caméra des Pixel, ils seraient les meilleurs.

Pour les tests de noyaux et d’applications, je fais tourner les téléphones parmi les membres de ma famille pour m’assurer que tout est stable et fonctionne bien. J’ai tendance à utiliser mon conducteur quotidien lorsque je suis en déplacement, et d’autres téléphones lorsque je suis à la maison.

GH : Pouvez-vous développer vos idées sur la chute de HTC ? Quelque chose en particulier que vous pensez qu’ils auraient dû faire différemment ?

AS : C’est malheureux parce que HTC peut encore faire un excellent téléphone. Le U11 et le HTC 10 étaient d’excellents appareils, avec un excellent audio et un appareil photo et une qualité de construction premium. Je n’ai pas encore vu l’U12+. Les Pixel de première génération étaient essentiellement des téléphones HTC. Le plus gros problème est que HTC est sorti avec un très mauvais téléphone, le M9 (qui avait un écran terrible et des problèmes de chaleur), à un moment critique. Samsung et d’autres ont capitalisé sur cette faiblesse et HTC ne s’en est jamais remis. HTC n’est plus distribué par les principaux opérateurs aux États-Unis et au Canada, de sorte que le consommateur moyen ne connaît même pas son existence.

A part le M9 qui est un échec, HTC a toujours eu un mauvais marketing. Je pense qu’ils auraient dû se concentrer sur la fabrication de matériel haut de gamme. Au lieu de cela, ils ont terni la réputation de leur marque en sortant un tas de téléphones bas de gamme merdiques comme la série Desire et des variantes confuses de leurs flagships.

GH : Quels mods root utilisez-vous sur vos propres appareils ? Ou est-ce que vous faites du rootage ?

AS : Tous mes téléphones sont rootés, c’est la première chose que je fais quand j’ai un nouvel appareil. Il y a deux mods root dont je ne peux pas me passer : Le mode haute luminosité et le sweep up to wake. J’ai implémenté ces mods sur de nombreux appareils. Je règle également les vibrations sur certains téléphones, généralement pour les diminuer. Le vibreur de plusieurs appareils récents émet un son gênant que je n’aime pas. Le fait de rendre la vibration un peu plus faible réduit ce problème, en particulier lors de la saisie. Je règle également le gain des écouteurs pour augmenter le canal gauche, car mon oreille gauche n’est pas aussi bonne que mon oreille droite.

GH : Quel est votre tweak préféré pour Android ? Applications rootées, applications non rootées, ZIP flashables, tout est permis !

AS : En dehors de HBM et du sweep to wake, j’utilise toujours Button Mapper pour programmer une pression longue sur le volume bas pour faire basculer la lampe de poche. Pas besoin de root pour cela. Mes tweaks sont généralement de petites choses pratiques que j’utilise tous les jours.

GH : ElementalX supporte actuellement au moins 26 appareils différents. Lorsque vous développez le noyau, devez-vous mettre la main sur chacun de ces appareils ? Si oui, comment financez-vous cela ?

AS : Vous avez besoin du matériel actuel pour développer le noyau. Le genre de choses que je fais, comme le contrôle du son, les gestes de réveil, le réglage des vibrations, etc. doit être testé sur l’appareil. J’ai plus de 30 téléphones. J’ai acheté la plupart d’entre eux au prix fort, donc j’ai dépensé beaucoup pour des téléphones au fil des ans. Au début, je comptais sur les dons. La communauté HTC sur XDA a récolté 600 $ pour le HTC M8. Récemment, j’ai reçu quelques téléphones par l’intermédiaire de XDA et de OnePlus. Essential m’a également envoyé un téléphone gratuit. Le reste est financé par les ventes d’EX Kernel Manager, qui prend également en charge les coûts du serveur et d’autres équipements.

GH : Il est intéressant que OnePlus et Essential vous envoient des téléphones – ce sont définitivement des appareils adaptés aux moddeurs, donc je suis heureux de voir que les deux OEM ciblent spécifiquement la communauté root. Y a-t-il d’autres fabricants avec lesquels il a été agréable de travailler pour répondre à vos questions ou vous aider ?

AS : OnePlus, Essential et Google se distinguent comme étant les plus faciles pour le développement de noyaux. Chacun de ces équipementiers publie le code source du noyau en utilisant git, ce qui facilite la fusion des mises à jour, et vous pouvez voir l’historique des commits. Ils permettent le déverrouillage du bootloader, et ils fournissent des images d’usine complètes. C’est en gros ce dont j’ai besoin pour faire un noyau personnalisé.

Il y a de gros obstacles au développement pour les autres marques. Certaines ne fournissent pas de code source de noyau fonctionnel, ou la version n’est pas publiée au moment opportun, ou encore elle est publiée sous la forme d’un blob sans historique de commit. Il est souvent difficile de trouver des images système et des microprogrammes flashables, et d’autres vous font sauter à travers des cerceaux pour déverrouiller le chargeur de démarrage. Sur certains appareils, le déverrouillage du bootloader ou l’utilisation d’un noyau ou d’un micrologiciel personnalisé peut casser certaines fonctionnalités. Ces éléments rendent le développement frustrant. Je vais probablement m’en tenir aux appareils OnePlus et Pixel pour le moment.

GH : Quelles étaient vos priorités lors de la mise au point du gouverneur d’ElementalX ? La vitesse ? Économie de batterie ? Augmenter la vitesse sans diminuer l’autonomie de la batterie ?

AS : Le gouverneur ElementalX a été conçu pour trouver un équilibre entre la réactivité et l’autonomie de la batterie et offrir des performances optimales pour les jeux. Il est basé sur le processeur personnalisé de HTC ondemand qui a été utilisé dans leurs flagships jusqu’au M8. Il s’agit d’un régulateur à la demande (par opposition au régulateur interactif, qui a été développé spécifiquement pour Android). Il essaie d’être conscient du contexte, ce qui signifie différents niveaux de fréquence en fonction de la charge soutenue. Une caractéristique unique est qu’il prend en compte la charge du GPU, et donne un coup de pouce supplémentaire lorsque des graphiques 3D sont utilisés. Depuis la sortie des puces big.LITTLE et le développement par Google de l’EAS (Energy Aware Scheduling), j’ai arrêté de travailler sur le gouverneur ElementalX. EAS est meilleur à bien des égards pour les puces modernes.

GH : Vous avez mentionné que les performances de jeu étaient une priorité – êtes-vous un joueur vous-même ? Y a-t-il des jeux particuliers qui vous intéressent aujourd’hui ?

AS : La performance est quelque chose que les utilisateurs demandent et j’ai toujours trouvé que c’était un défi amusant d’essayer d’améliorer les goulots d’étranglement et de réduire le lag. Je ne joue pas sur mon téléphone ou autre, je ne possède même pas de système de jeu. Mais j’ai toujours aimé bricoler et modifier les ordinateurs. J’aimais beaucoup overclocker les PC à l’époque, et j’ai beaucoup appris sur l’optimisation des logiciels en utilisant et en construisant Linux quand j’étais jeune. J’aime les ordinateurs qui fonctionnent bien et qui sont super optimisés, et cela s’est traduit dans les téléphones.

GH : Les partitions A/B de Google (mises à jour transparentes) ont constitué un obstacle majeur pour le root, la récupération personnalisée, les ROM personnalisées et, bien sûr, les noyaux personnalisés. Avez-vous dû vous coordonner avec les développeurs d’autres mods pour vous assurer qu’ElementalX resterait compatible avec des choses comme TWRP et Magisk qui partagent désormais l’espace sur la partition de démarrage ?

AS : C’était un grand changement, mais définitivement plus un défi pour root et TWRP que pour les noyaux personnalisés. Beaucoup d’utilisateurs trouvent encore que c’est déroutant parce que les choses doivent être installées dans un certain ordre. Dès le début, j’ai modifié le programme d’installation d’ElementalX pour qu’il détecte si l’appareil était rooté ou non, et qu’il définisse un paramètre de ligne de commande pour le gérer. Ceci était basé sur le travail de Chainfire (ancien développeur de SuperSU) qui a initialement compris comment tout cela fonctionne. Au lieu de faire un patch binaire comme SuperSU (Magisk fait aussi cela), j’ai fait quelques changements dans le fichier initramfs code du noyau qui a permis d’installer ElementalX sans perdre la racine. Plus récemment, j’ai commencé à utiliser l’installateur AnyKernel2 de osm0sis, parce qu’il gère tout et que c’est beaucoup plus facile que de maintenir mon propre installateur.

GH : Intéressant ! Cela m’amène à m’interroger sur la communauté root et modding dans son ensemble. Pouvez-vous nous donner un aperçu de la scène elle-même, de la façon dont vous interagissez avec les autres développeurs et des principaux changements que vous avez observés au fil des ans ?

AS : Je ne suis pas vraiment impliqué dans la communauté sur le plan social. Je ne discute qu’occasionnellement avec d’autres développeurs. C’est principalement une contrainte de temps parce que j’ai une famille, quelques autres passe-temps, et je maintiens une carrière distincte dans la recherche sociale et la politique publique. Tout cela me tient occupé 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Quant aux changements dans la communauté, il y a plusieurs choses qui se passent. L’une d’entre elles est le déclin général du rooting et du modding, qui est en partie dû au fait que le matériel s’améliore (et a donc moins besoin d’être modifié) et que le logiciel dispose de plus de fonctionnalités et d’options. Le deuxième changement est que de nouvelles formes de médias sociaux ont pris le relais des forums Internet. Le forum Internet était idéal pour le partage et l’archivage des connaissances, ainsi que pour la formation de communautés publiques qui s’intéressaient à des sujets spécifiques dans les moindres détails. Les nouvelles formes comme Telegram, Twitter, Facebook, etc. sont plus éphémères et fermées. Elles sont moins consultables, les messages et les fils de discussion se perdent dans un océan de discussions hors sujet au bout de quelques jours, ce qui entraîne des discussions moins ciblées et une fragmentation de la communauté. Et enfin, l’autre grande chose que je vois est un déplacement de l’ouest vers l’est. Alors que le développement était autrefois centré sur l’Amérique du Nord et l’Europe, les communautés de moddeurs les plus enthousiastes se trouvent désormais en Inde et en Asie du Sud-Est.

GH : Pensez-vous que Google finira par interdire les modifications au niveau de la racine sur Android à un moment donné dans le futur ? La possibilité de déverrouiller le chargeur de démarrage est potentiellement un point faible dans la chaîne de démarrage sécurisé, mais ils ont jusqu’à présent préservé cette possibilité tout en sécurisant le processus de démarrage avec des choses comme le paramètre « OEM Unlocking » et la puce Titan M dans leurs propres appareils.

AS : S’ils devaient le faire, je pense qu’ils l’auraient déjà fait. Il y a encore de nombreux utilisateurs et de nombreuses applications de premier plan qui utilisent le root. Les connaissances et l’effort nécessaires au rootage sont probablement des barrières suffisantes pour que le déverrouillage du bootloader et le rootage ne causent pas de problèmes généralisés. Les personnes qui déverrouillent et rootent ont leurs raisons.

Cela dit, je ne pense pas que le root sera autorisé lorsque Android sera éventuellement remplacé.

Le déverrouillage du bootloader est une menace pour la sécurité principalement dans le cas où quelqu’un a un accès physique au téléphone. Le rootage ouvre évidemment l’ensemble de l’appareil à la modification, mais des applications comme Magisk Manager font un bon travail de gestion de l’accès au SU. Tout dépend de ce que vous installez sur votre téléphone et de l’accès que vous autorisez. Personnellement, je n’ai jamais rencontré personne qui ait eu un problème de sécurité en déverrouillant et en enracinant son téléphone. Faites simplement attention à ce que vous installez et à ce que vous autorisez comme accès root.

La sécurité est évidemment très importante étant donné toutes les informations personnelles conservées sur nos téléphones, mais je pense que les menaces ont été exagérées et utilisées pour servir les intérêts des opérateurs, des annonceurs, des collecteurs de données, des fournisseurs de contenu et pour créer un marché plus important pour les applications anti-malware. Je dirais qu’il s’agit davantage de limiter ce que vous pouvez faire avec votre appareil que de vous protéger. Il s’agit de restreindre votre capacité à supprimer les publicités et les bloatwares, de vous empêcher de vous connecter à un hotspot, etc. C’est une bataille pour le contrôle de votre appareil.

GH : « Quand Android sera finalement remplacé » a définitivement piqué ma curiosité ! Je suppose que vous parlez d’Andromède ou de Fuchsia – pensez-vous qu’il est certain à ce stade que Google finira par faire migrer l’écosystème ?

AS : Rien n’est éternel. Il est probablement logique de construire quelque chose à partir de la base qui est adapté au matériel moderne et aux dernières idées informatiques. Linux a presque 30 ans, et Android existe depuis 10 ans, ce qui est presque une éternité en termes de technologie. Je ne sais pas encore grand-chose d’Andromeda ou de Fuchsia, mais il semble que Google pense à l’avenir. Il faudra un effort considérable pour reproduire toutes les fonctionnalités et les capacités d’un système d’exploitation mature comme Android/Linux, sans compter l’énorme écosystème d’applications, de sorte qu’Android existera probablement encore pendant un certain temps.

GH : Quel est le problème le plus difficile auquel la communauté des utilisateurs de racines est confrontée actuellement ? Quels types de défis voyez-vous dans le pipeline ?

AS : En dehors de la menace des OEM comme Huawei et Samsung qui verrouillent le bootloader, je pense que le plus gros problème actuel est le sous-ensemble des enthousiastes d’Android qui pensent que le rootage n’est plus nécessaire et que c’est un enfantillage, quelque chose dont on sort grandi. Ce type d’attitude négative va tuer le rootage. C’est très bien si vous n’avez pas besoin ou envie de faire du rootage, mais je n’aime pas quand ces utilisateurs ressentent le besoin de l’affirmer dans chaque discussion sur le rootage.

Je peux vous dire qu’un grand nombre de mes utilisateurs ne sont pas des adolescents qui flashent constamment des ROMs et des noyaux personnalisés. Ces personnes ne sont pas nécessairement actives dans les forums et discussions Android. Ce sont des amateurs, des ingénieurs et des professionnels de l’informatique qui utilisent des appareils Android pour des choses comme des tests scientifiques et l’administration de systèmes qui ont besoin d’un root pour exécuter des logiciels ou du matériel spécifiques. Les appareils Android sont de très petits ordinateurs Linux, très bon marché, et il y a des gens qui font des choses étonnantes avec ce matériel. Ils ont besoin de construire des noyaux personnalisés et d’obtenir un accès root pour contrôler leur matériel et leurs logiciels personnalisés.

Donc avant que les gens regardent de haut l’enracinement, ils devraient se rappeler qu’il y a beaucoup de gens qui ont de bonnes raisons de s’enraciner, et ils devraient être heureux qu’Android offre toujours la liberté d’utiliser pleinement leur matériel s’ils en ont besoin.

.